Voici les photos prises lors de la fabrication du dynamomètre à calage.
D'abord une vue du différentiel tout juste sortie d'en dessous du pick-up. Pas mal rouillé mais l'important est que les freins soient bons et le vendeur m'a assuré qu'ils n'avaient qu'un an d'usage lorsque le camion a été mis de côté. Il faudra l'épurer un peu pour ne conserver que l'essentiel.
Différentiel de GMC 3500 pour application de dynamomètre
Le principal problème réside dans la façon de s'accoupler au différentiel. Les "splines" du joint universel de l'arbre d'entraînement du pick-up sont difficiles à reproduire de sorte que j'ai décidé de conserver la pièce femelle originale. Elle sera récupérée et modifiée pour pouvoir y ajouter un arbre qui servira à la fois de support et d'accouplement pour la poulie et le joint universel du tracteur de ferme.
Différentiel de GMC 3500 pour application de dynamomètre - Arbre d'entrée
On vérifie que les principales pièces s'intègrent bien et on en profite pour prendre les mesures pour fabriquer celles qui manquent.
Dyno - Test d'intégration
Voici l'arbre d'entrée en question compatible avec la pièce du joint universelle du différentiel... Plusieurs heures d'usinage plus tard évidemment.
Différentiel de GMC 3500 pour application de dynamomètre - Arbre d'entrée
Voici l'arbre d'entrée installé en place avec la poulie montée. On voit le disque de frein qui servira dorénavent à la lecture de la vitesse de rotation. Le capteur à effet Hall comptera les petites cloisons entre les 2 faces du disque.
Dyno - Support, arbre de commande et cible de vitesse de rotation
La photo suivante montre le support arrière du différentiel. Le centre de ce support doit absolument coincïder avec celui de l'arbre d'entrée pour permettre de maintenir le différentiel en équilibre dans le support. Le tout est monté sur des roulements à billes pour réduire la friction au minimum.
Dyno - Pivot arrière
Le couple est mesuré à partir d'une cellule de charge placée exactement à 12 pouces du centre des axes de pivotement. Pour garantir l'exactitude des mesures, l'accouplement de la cellule doit faire en sorte que seuls les efforts verticaux sollicitent la cellule. Les unités obtenues de la cellule de charge sont directement des livres-pieds. Lorsqu'on appliquera les freins sur le différentiel, il cherchera à pivoter et la cellule mesurera cet effort.
Dyno - Load cell
Enfin, voici un montage assez final mais sans parement.
Dyno - Differentiel GMC 3500
Évidemment, il est difficile de montrer la partie "software" du projet. Elle n'est pas négligeable pour autant car à elle lui seul, le programme m'a demandé autant d'effort que tout le reste. Le programme doit tenir compte d'une foule de petits détails qui font en sorte que les résultats sont bons. On pense à la tare, la stabilisation des lectures, le filtrage des données, la synchronisation, l'étalonnage, l'affichage, la mémorisation des valeurs d'intérêts, la remise à "0", les calculs et le traitement des unités, etc. Le tout est fait en BASIC.
Viennent ensuite les essais. C'est l'heure de vérité et tant qu'à faire, pourquoi pas ne pas procéder avec un bon vieux Ford 8N dont je connais la puissance.
Ford 8N sur le Dyno - Test 1
Dyno - Test1
Retour au début du site...

www.hobby3d.com
Tous droits de reproduction réservés - Robin Boulianne- 2010-12-31