Renault D35 - 1959
J'ai rafistolé un Renault N72 et j'ai trouvé cela beaucoup plus difficile que de rafistoler un Ford ou un Massey-Ferguson mais j'ai vraiment apprécié. J'ai donc réitéré avec un Renault D35 de 1959 avec un moteur allemand MWM Diesel à 3 cylindres refroidi à l'air.
Ça fait de moi l'un des collectionneurs de tracteurs Renault le plus important en Amétique du Nord (sic). Vous comprendrez que ces tracteurs ne courent pas les rues par ici. Il est plutôt très rare d'en apercevoir un. J'ai récupéré ce tracteur près de Thedford Mines. Il était relativement en bon état mais il avait réellement besoin d'un bon entretien car il fuyait de partout et il était particulièrement difficile à démarrer.
Il s'agit d'une machine très robuste et bien conçue. Il dispose des options les plus intéressantes tel que le démultiplicateur de vitesses, le relevage hydraulique Bendix, la prise de pouvoir continue et le barrage du différentiel actionné à la main du côté gauche (pas très pratique soit dit en passant).
Il n'était pas trop détérioré. Le démarreur est neuf. Les boulons des ailes ont été remplacés par des boulons impériaux et le type qui a fait ça a dû couper l'armature des ailes pour y arriver. Ça ne paraît pas trop mais ça affaibli quand même les ailes un peu. Le système de relevage ne fonctionnait plus faute d'huile. Des fuites d'huile, il y en avait partout. Ça fuyait par les trompettes, les bouchons de vidange, l'arbre d'entraînement, la pompe Diesel, la crépide de carburant, le pied de volant, les plaques latérales du moteur bref, à peu près partout. Les pneus arrières étaient complètement finis. Le support du filtre à air s'est cassé et on l'a soudé à côté de sa place d'origine et je n'arrive pas à comprendre pourquoi. À l'exception des feux arrières, il a presque toutes ses pièces originales.
Le D35 est le prédecesseur du N70. Tous les 2 sont désignés par le numéro R7050. Il est chaussé sur des pneus 16x6.0 en avant et 12.9x28 en arrière qui sont tros gros d'ailleurs.
Plaque signalétique du Renault D35 - R7050
Le D35 a été fabriqué de 1955 à 1960. Ce fût la série de la relance d'après guerre de Renault Agriculture. Celui-ci a été construit en 1959. Son numéro de série est le 7014299. Ce qui m'intrigue toujours un peu avec ces Renault, ces comment ont ils pu être motorisés avec un moteur allemand tout juste après la seconde guerre mondiale. J'ai appris que Louis Renault avait été identifié comme un collaborrateur des allemands durant la guerre et que les usines de Le Mans avaient été bombardées pour cette raison mais comment ces cicatrices furent elles réparées après la guerre pour arriver à cela? Est-ce un des effets du plan Marshall? Je ne sais pas. Une chose est certaine, la stratégie de marketing n'a certainement pas dû être évidente.
Renault D35 au moment de l'achat
Il est tout juste fonctionnel: Il est très difficile à démarrer. Il ne démarre pas sans éther, il perd du carburant par la pompe Diesel. Les marche-pieds sont croches. Il n'a pas de compteur horaire et on voit qu'il a travaillé relativement fort. Finalement il est vraiment sale ce qu'il l'a préservé de la corrosion. Les trompettes sont de petites dimensions. Probablement un des derniers à avoir été fabriqué avec ça.
Renault D35 lors de l'achat
Renault D35 - Vue arrière à l'arrivée à la maison
Renault D35 - À la maison
Renault D35 - Identification du moteur MWM
La prochaine image montre le tableau de bord. Il est en bon état mais il manque les lentilles des témoins de charge et de pression d'huile mais il n'a subit aucun abus. Ce qui est surprenant avec ces renault, c'est de constater que le volant est décalé significativement sur la droite. Je crois que c'est volontaire et qu'il s'agit d'une question d'ergonomie puisqu'on est toujours un peu tourné sur la droite lorsqu'on utilise ce genre d'engin.
Renault D35 - Tableau de bord
Renault D35 - Système d'injection à piston Bosch
Deux de mes oncles ont acquis le modèle N70 (le successeur du D35) flambant neufs en 1960. Seule la calandre a été changée. Comme ils sont toujours de ce monde, je les ai contactés pour connaître leurs impressions sur ce tracteur. Le premier a eu 11 enfants du type durs-à-cuire qui ont appris à conduire à tour de rôle sur ce tracteur. À ses dires, son seul défaut résidait dans le fait qu'il est trop léger du devant et qu'il a passé la moitié de sa vie avec les roues avant dans les airs. Le moteur a finalement rendu l'âme et l'épave a été vendue pour les pièces.
Le second oncle reste enchanté de ce tracteur et pour cause. Il a longtemps été le seul tracteur du village qui avait la puissance voulue pour battre les céréales. En ce temps là, il n'y avait pas beaucoup de batteuses et il était normal de battre chez tous les cultivateurs du village à tour de rôle. Le N70 a donc été des automnes entiers à faire tourner la batteuse jour et nuit sans jamais arrêter. Son tracteur a été happé par le train du Canadien National à 2 reprises. Il l'a fait réparer chaque fois. Il l'a laissé aller lors de la vente de sa ferme pour prendre sa retraite. Il l'a ensuite racheté pour un prix supérieur à ce qu'il avait payé lorsqu'il était neuf. Il l'a par la suite utilisé comme débusqueuse pendant plusieurs années et il le conserve encore malgré qu'il n'a pas fonctionné depuis longtemps. Je l'ai retrouvé et le voici:
Renault N70
Vous remarquerez que ça fait tellement longtemps qu'il est là qu'il s'est enfoncé de près de la moitié des roues avants. Je crois même qu'il contribue à maintenir l'abris debout.
Renault N70 Charlot
Les choses importantes d'abord. Avant de mettre des sous sur la peinture, il faut que le tracteur fonctionne correctement. Après la peinture, il n'est plus question de faire de la mécanique importante avant longtemps. À ce que j'ai pu glaner sur Internet, le D35, comme le N72 n'est pas une référence en ce qui a trait à la facilité de démarrage. Celui-ci ne fait pas exception à cette règle mais je crois bien qu'il y avait quelques raisons à ça. D'abord, il y avait de nombreuses fuite de carburant partout. Il y avait des soupapes mals ajustées. Le filage du démarreur était trop petit. Les huiles du différentiel et de la transmission étaient sérieusement contaminées d'eau. Les tiges d'accélérateur et d'arrêt étaient croches. Je ne savais pas comment le démarrer. Bref, il y avait de quoi ne pas bien démarrer. Après avoir corriger toutes ces lacunes, des films de démarrages que j'ai pu retrouver sur Internet et du fait qu'il va bien une fois démarré, j'ai décidé de ne pas remonter le moteur. Il déploie 33 hp sur le dynamomètre ce qui fait dire qu'il est quand même en bonne forme.
La tige qui vient contreventer l'essieu avant a été bizarrement réparée. En fait elle est plus longue qu'à l'origine ce qui est vraiment curieux. Il faudra corriger cela...
Renault D35 - Contreventement pont avant
Le pont avant a été retourné pour remonter la garde au sol et je l'ai laissé comme ça pour contraster avec le N72. J'ai cependant réduit la voie avant et arrière pour limiter l'encombrement.
Question de l'essayer comme il le faut, j'ai labouré avec ce D35 pendant une bonne journée à pleine puissance. Tout va comme il le faut sur ce tracteur. Ça ne veut pas dire que ça allait bien cependant car vu l'état des pneus, le tracteur a patiné toute la journée et ça a fait rire bien du monde. J'ai bien aimé la dynamique de cette machine.
Renault D35 - Labour avec charrue 16 po. à 2 soc.
Ce qui me surprend toujours un peu sur ces tracteurs antiques, c'est l'absence de barre d'attelage. Ce Renault a toujours été atteler sur la barre de relevage. Les rotules en ont d'ailleurs fortement souffert.
Toutes ces expériences faites, on passe aux réparations. D'abord, éliminons les fuites... Retrait des trompettes:
Renault D35 - Pont arrière ouvert
Renault D35 - Trompette côté gauche
Renault D35 - Pont arrière
Renault D35 - Trompette de droite
Renault D35 - Pont arrière côté droit
Renault D35 - Trompette côté gauche
Le filtre du relevage hydraulique était complètement bousillé. Ce filtre n'est plus disponible et j'ai dû en trouver un équivalent.
Trève de mécanique. Je n'avais pas l'intention de retaper ce tracteur avec autant de soin que mon Renault N72 parce que je veux continuer de l'utiliser pour les concours de labours. Sauf que quand je commence, j'ai de la peine à faire les coins ronds.
Il n'y avait pas de fuite sérieuses au niveau des freins. Les bandes de frein sont passablement usées. Je les ai inversées pour les user égales mais elle devront être remplacées avant longtemps si le tracteur est utiliser sérieusement.
Renault D35 - État des freins
Sur mon N72, il est impossible d'atteindre les 2 dernières vitesses lorsque le démultiplicateur est en fonction. Ce D35 a accès à toutes les vitesses ce qui lui confère 10 vitesses d'avant et 2 de recul.
Les Renault D35 n'étaient pas doté d'un système de rétroaction hydraulique (draft control). Cette absence est probablement dûe au respect du brevet de Ferguson. L'utilisation d'outils portés s'en trouve sérieusement affectée et ça réduit considérablement l'attrait du tracteur en comparaison avec les Ford, Fordson et Massey-Ferguson du temps.
Ce qui a déclenché la restauration de ce tracteur est le don d'un gallon de peinture de très grande qualité (epoxy) de la bonne couleur de surcroît. Son code de peinture original est "Orange Ponts & Chaussées". Je suis donc allé avec la même couleur que mon N72 qui est le RAL 2010.
Les jantes arrières étaient corrodées mais tout de même facilement récupérables. En furetant sur Internet, j'ai eu la chance de tomber sur une petite annonce qui en offrait 2 en très bonne condition pour pas cher. J'ai sauté sur l'occasion et j'ai maintenant 2 roues de rechange. Même chose pour les pneus. Un type avait 2 pneus usagés mais pas trop usés qu'il m'a refiler gratuitement. Bref, je l'ai rechaussé à presque neuf pour une bouchée de pain. Merci au généreux donateur!
Je ne l'ai pas passé au jet de sable à la grandeur. J'ai sablé les parties trop affecter et réparé les fissures trouvées sur le capot. J'ai réparé le siège et les bras de relevage hydraulique. J'ai nettoyé toutes les ailettes du moteur et le filtre à air. La grille avant a été débosselée.
Lors du démontage du pont arrière pour déposer les trompettes, j'ai trouvé une petite pièce d'acier de forme cylindrique dans le fond du carter. J'ai eu beau chercher d'où elle pouvait venir, je n'ai absolument rien trouvé de semblable dans ce carter. J'ai publié la photo sur le Forum des Tracteurs Renault et un aimable connaisseur l'a identifiée. Il s'agissait d'une petit navette qui sert à verrouiller les fourchettes de changement de vitesse entre elles. Le hic, c'est que bien que les carters de la transmission et du différentiel partagent la même huile, il n'y a pas vraiment d'orifice facile pour qu'une pièce comme celle là puisse passer d'un carter à l'autre. Conclusion, la transmission a déjà été ouverte et la pièce a été échappée dans l'autre carter. Les joints d'étanchéïté témoignent de cette intervention. Le mystère plane maintenant à savoir si on en a réinstallé une autre...
Shuttle de fourchette de transmission perdu
Le connecteur électrique pour la remorque est en bonne condition. Seul le filage électrique et l'éclairage arrière doivent être refaits.
J'ai eu recours à une technique un peu différente pour repeindre ce tracteur. J'ai d'abord peint les parties inacessibles avant de remonter les tambours de freins et les ailes arrières. J'ai laissé sécher puis remonter le tout de manière à garder un espace suffisant pour peindre. Ce n'est pas parfait mais ça donne sommes toutes un bon résultat. La protection anticorrosion reste à la hauteur. L'activité de peinture s'en trouve cependant plus compliquée et longue.
Sigle de la série
On cache les parties qu'on ne veut pas peindre et on peut procéder. Les jantes arrières ont été peintes séparément. La partie intérieure a été protégée avec une autre couleur car je n'avais pas plus de peinture orange qu'il n'en fallait pour les parties apparentes.
Renault D35 - Jantes arrières
Le voici donc à la sortie de l'activité de peinture.
Renault D35 - Juste après la peinture
Renault D35 - Juste après la peinture
Renault D35 - Après la peinture - Vue arrière
Je croyais que le retapage des phares avant Ducelier seraient encore une activité très fastidieuse. Ces phares sont très rares et il faut procéder avec précaution pour ne rien briser. Les réflecteurs paraboliques étaient corrodés par l'intérieur. À l'opposé du N72 cependant, les Fresnels n'étaient pas collés aux réflecteurs. Les joints d'étanchéïté étaient cependant finis. Il a fallut ensuite éliminer la corrosion sans les perforer. Comme ils n'étaient pas trop corrodés, j'ai pu les sabler seulement. L'idéal aurait évidemment de les refaire chromer mais avec le succès remporté sur le N72, j'ai procéder de la même manière. Je les ai peints aussi avec une peinture "Simili-Chrome" recouverte d'une laque et le résultat est correct. Les globes ne sont pas pareils à ceux retrouvés sur le N72 ce qui les rendra sans doute plus faciles à trouver.
Renault D35 - Phare avant Ducelier
Remontage des pneus arrières 11.6xR28. Ça a plus de bon sens proportionnellement au châssis du tracteur et il aura plus de coeur au ventre avec ces nouvelles "chaussettes".
Renault D35 - Sur ses nouveaux pneus
Renault D35 - Goodyear 11.6xR28
Voici, en rafale, les photos du résultat à sa première sortie après la peinture. Vous remarquerez sans doute que la couleur est différente. En fait, j'ai pris ces photos avec un appareil photo différent de celui que j'utilise toujours et ça donne un résultat différent. Les 2 Renault lorsque côte-à_côte sont de la même couleur. Ce n'est pas terminé mais le gros est fait.
Renault D35 - Première sortie - Presque fini - Côté droit
Renault D35 - Première sortie - Presque fini - Côté gauche
L'oeil averti aura vu que les garnitures manquent toujours. De plus, vous l'aurez remarqué, l'hiver est bien prise ici au Saguenay.
Renault D35 - Première sortie - Presque fini - Arrière droite
Renault D35 - Première sortie - Presque fini - Moteur côté gauche
Renault D35 - Première sortie - Presque fini - Moteur côté droit
Renault D35 - Première sortie - Presque fini - Détail du moteur côté droit
Renault D35 - Première sortie - Presque fini - Plaque signalétique du moteur MWM
Renault D35 - Première sortie - Presque fini - Vue arrière
Les garnitures maintenant. Alors que le N72 avait des garnitures jaunes, le D35 dispose de garnitures vertes. Ça devait vraiment les rendre faciles à discriminer dans la cours de l'usine:
Renault Le Mans - Cour d'entreposage
Le sigle frontale a été acheté à "La Boutique du Tracteur" en France. Le reste, restauré et repeint de la bonne couleur. Il me manque toujours les barrettes frontales que je devrai refaire car j'ai l'intuition que je ne retrouverai jamais de telles barrettes originales...
Renault D35 - Garnitures - Sigles latéraux
Renault D35 - Garnitures - Sigles frontal et latéraux
Renault D35 - Garnitures - Sigles latéraux et contour du réservoir - Coeur du volant
Saison oblige, comme je ne veux pas passer l'hiver avec ce tracteur dans le garage, je l'ai déplacé à son lieu d'entreposage avant d'installer les garnitures. Voici une photo du moment du jour où je l'ai "hiverné"
Renault D35 - By night
Enfin, j'ai posé les garnitures que j'avais et voici le résultat.
Renault D35 - Fini
Renault D35 - Fini
Renault D35 - Fini
Renault D35 - Fini - Côté droit
Renault D35 - Fini - Côté gauche
Il me reste aussi le siège à refaire mais j'ai le dossier original en main.
Renault D35 - Siège de fortune
Bref, voici le résultat final:
Pour l'entendre tourner:
En tout, il a fallut près de 400 heures de travail incluant les transports, la recherche, les réparations mécaniques, la préparation pour la peinture, le nettoyage et la finition pour atteindre ce résultat.
Retour au début du site...

www.hobby3d.com
Tous droits de reproduction réservés - Robin Boulianne- 2013-12-02