Renault N72 - 1961
Il faut que je le dise, depuis que j'ai gouté à un Renault 651-4 avec un moteur allemand MWM, j'ai un petit béguin pour cette marque mais surtout pour cette configuration. Ce tracteur avait du coeur au ventre. Sur le labour, il tenait tête à un tracteur White 2-105 qui avait pourtant près de 40 hp de plus.
Je rêvassais donc à une version antique de cette merveilleuse machine. En fouillant sur Internet et sans trop savoir qu'est-ce qui était convoité par les collectionneurs français, j'ai dégoté un Renault N72 1961 avec un moteur MWM. Ce fût le coup de foudre. En prime, il n'était pas trop loin de la maison.
Je l'ai trouvé, je l'ai acquis et après seulement (i.e. le lendemain matin) j'ai fait des recherches sur la convoitise de ce modèle par les collectionneurs et je dois avoué que j'ai été chanceux car ceux qui en ont un sont fort contents. Il s'agit d'une machine très robuste et bien conçue. Il dispose des options les plus intéressantes tel que le démultiplicateur de vitesses, le relevage hydraulique 3R, la prise de pouvoir continue et le barrage du différentiel.
De plus, il n'est pas trop détérioré. Il a une petite bosse sur le réservoir, l'aile droite légèrement amochée, dossier de siège cassé et il y a un couvercle de fonte qui a été cassé puis soudé sur le système de relevage hydraulique. À part cela, il a presque toutes ses pièces originales et les pneus sont très bons.
Le N72 est le successeur du D22 et le prédécesseur du Super 3. Tous les 3 sont désignés par le numéro R7052. Il est chaussé sur des pneus 16x6.0 en avant et 11.2x28 en arrière.
Plaque signalétique du Renault N72 - R7052
Le N72 a été fabriqué de 1960 à 1964. Celui-ci a été construit en 1961 mais il a été déclaré comme un 1962 au Québec. Son numéro de série est le 7237484.
Renault N72 R7052
Il est fonctionnel mais il a un sérieux besoin d'entretien: Le démarreur fait défaut, il ne démarre pas sans éther, il perd du carburant, la jante arrière gauche est corrodée de bord en bord, les pneus avants sont trop gros et ils ne sont pas identiques, le dossier du siège est cassé, les marche-pieds sont croches, les dossiers d'ailes sont disparus et il perd de l'huile à différentiel par le tambour de frein du côté droit. Un peu normal tout ça puisqu'il a 9350 heures au compteur. Finalement il est vraiment sale et il y a un peu de corrosion sur le capot et les ailes.
Renault N72 (R7052)
Renault N72 - Vue arrière
La prochaine image montre le tableau de bord. Il est en bon état et n'a subit aucun abus. Ce qui est surprenant à prime abord, c'est de constater que le volant est décalé significativement sur la droite. Je crois que c'est volontaire et qu'il s'agit d'une question d'ergonomie puisqu'on est toujours un peu tourné sur la droite lorsqu'on utilise ce genre d'engin.
Renault N72 - Tableau de bord
Deux de mes oncles ont acquis le modèle N70 (le successeur du D35)flambant neufs en 1960. C'est le même tracteur avec un cylindre de plus. Comme ils sont toujours de ce monde, je les ai contactés pour connaître leurs impressions sur ce tracteur. Le premier a eu 11 enfants du type durs-à-cuire qui ont appris à conduire à tour de rôle sur ce tracteur. À ses dires, son seul défaut résidait dans le fait qu'il est trop léger du devant et qu'il a passé la moitié de sa vie avec les roues avant dans les airs. Le moteur a finalement rendu l'âme et l'épave a été vendue pour les pièces.
Le second oncle reste enchanté de ce tracteur et pour cause. Il a longtemps été le seul tracteur du village qui avait la puissance voulue pour battre les céréales. En ce temps là, il n'y avait pas beaucoup de batteuses et il était normal de battre chez tous les cultivateurs du village à tour de rôle. Le N70 a donc été des automnes entiers à faire tourner la batteuse jour et nuit sans jamais arrêter. Son tracteur a été happé par le train du Canadien National à 2 reprises. Il l'a fait réparer chaque fois. Il l'a laissé aller lors de la vente de sa ferme pour prendre sa retraite. Il l'a ensuite racheté pour un prix supérieur à ce qu'il avait payé lorsqu'il était neuf. Il l'a par la suite utilisé comme débusqueuse pendant plusieurs années et il le conserve encore malgré qu'il n'a pas fonctionné depuis longtemps. Je l'ai retrouvé et le voici:
Renault N70
Vous remarquerez que ça fait tellement longtemps qu'il est là qu'il s'est enfoncé de près de la moitié des roues avants. Je crois même qu'il contribue à maintenir l'abris debout.
Renault N70 Charlot
Les choses importantes d'abord. Avant de mettre des sous sur la peinture, il faut que le tracteur fonctionne correctement. Après la peinture, il n'est plus question de faire de la mécanique importante avant longtemps. À ce que j'ai pu glaner sur Internet, le N72 n'est pas une référence en ce qui a trait à la facilité de démarrage. Celui-ci ne fait pas exception à cette règle mais je crois bien qu'il y avait quelques raisons à ça. D'abord, le démarreur échappait. Ensuite, le levier de la pompe d'injection était figer par la rouille ce qui rendait la décompression impossible. Les soupapes étaient royalement mals ajustées. Le filage du démarreur était trop petit. L'huile du différentiel et de la transmission était sérieusement contaminée à l'eau. Les tiges d'accélérateur et d'arrêt étaient inversées. Il y avait une fuite relativement importante de carburant dans le circuit d'alimentation. Le filtre de carburant était trop petit et ne filtrait pas correctement. Bref, il y avait de quoi ne pas bien démarrer. En fonction de toutes ces lacunes, des films de démarrages que j'ai pu retrouver sur Internet et du fait qu'il va bien une fois démarré, j'ai décidé de ne pas remonter le moteur.
Tiges de commande mélangées
À première vue, je trouvais que le tracteur était trop bas du derrière et ça rendait la position de conduite un peu inconfortable. J'ai vérifié les dimensions des pneus et à part la largeur de ceux d'en avant, tout est conforme aux données d'origine. Il m'a fallut un certain temps pour comprendre. Le pont avant a été inversé ce qui remontait le devant du tracteur de plus de 3 pouces. Observez bien la photo suivante et trouvez l'erreur:
Renault N72 avec pont avant inversé
J'ai donc dû, non sans peine, inverser le pont avant pour redonner meilleure allure au tracteur et je me suis rendu compte que ce tracteur a été conçu pour cette inversion. À raison car ça lui donne une meilleure garde au sol ce qui peut être pratique dans certaines cultures. En passant, j'en ai profité pour réusiner la fusée de roue du côté droit qui avait été soudée.
Renault N72 Fusée de roue avant droite soudée
La prise centrale du relevage hydraulique 3 points a été sérieusement amochée. Je ne suis pas reconnu comme un ange à l'utilisation d'un tracteur de ferme mais jamais je n'ai obtenu pareil bris. Je me demandais bien comment on pouvait arriver à autant de dommage dans une utilisation robuste mais normale jusqu'à ce que je tombe sur une photo d'un bris tout à fait analogue sur Internet.
Renault_N72 bris 3 points
Je me suis donc dit que ce bris n'était pas nécessairement causé par un usage abusif mais par une défaillance interne du système de relevage hydraulique. J'ai donc analysé le circuit hydraulique et le montage interne du mécanisme de limitation du levage hydraulque pour tenter de comprendre la raison. La tige du mécanisme est surdimensionnée. Elle a tellement été forcée par le vérin de levage qu'elle en est déformée. C'est donc dire qu'elle est devenue tellement dure à actionner qu'elle est restée en place et que l'huile a continué de pousser sur le piston du vérin et que ce dernier est allé au dela de sa course normale. C'est donc lui qui a pu aller défoncer le couvercle de fonte du 3 points. Ça c'est la conséquence mais comment est-ce que cette situation a pu arriver? Je crois l'avoir trouvé en vidangeant les huiles de la boîte de vitesse et du système hydraulique. Il y avait au moins un litre d'eau dans ça alors cette eau a bien pu geler et obstruer le circuit de retour d'huile dans la valve de limitation et ainsi faire en sorte que le vérin continue sa course aussi loin. Enfin, voici le fameux couvercle resurfacé pour des fins esthétiques:
Renault N72 Prise 3 points repolie
Tout ceci dit, une visite dans le bloc hydraulique s'impose pour voir si l'eau a fait d'autres dommages. Ce couvercle n'est pas le seul à avoir subi des abus dans le système de relevage hydraulique. Les bielles de relevage étaient soudées de sorte qu'il n'était plus possible de changer l'angle de tanguage des outils tractés. En fait les filets sont tellement usés qu'ils sont tous foirés. Ce problème est relativement fréquent sur toutes les marques de tracteurs. Ce n'est donc pas une affaire de mauvaise conception mais bien de mauvais usage. Lorsqu'on omet de resserrer les écrous bloquants qu'on retrouve sur ces bielles, les filets sont sujets à un jeu de va et vient fréquent qui fini que par les user complètement. Le cas échéant, l'outil tracté tombe par terre et il faut alors tout réparer. Je me trouve quand même chanceux car presque toutes les pièces originales sont là. Il ne faut que de la patience.
Renault N72 - Bielles de relevage démontées
Trève de mécanique, comme je désire l'avoir terminé pour l'été 2013, passons aux choses sérieuses maintenant... Voici la cible de restauration à atteindre (j'ai du pain sur la planche n'est-ce pas):
Renault N72 Cible de restauration
Il y avait une fuite d'huile par l'arbre de frein du côté droit. Je croyais qu'il s'agissait de joints d'étanchéité qui étaient usés mais en démontant le tout, j'ai vu que la fuite ne venait pas des joints mais bien de l'arbre du différentiel. J'avoue que c'est bizarrement conçu car il n'y a aucun joint d'étanchéité entre l'arbre et la cale d'espacement qui tient le tambour de frein. Il m'apparaîssait donc normal qu'il y ait une fuite à cet endroit. Un examen de plus prêt m'a fait découvrir que cette cale était fissurée. Je l'ai resoudée mais j'ajouterai un petit joint d'étanchéité pour compenser la déformation par la soudure. On peut entrevoir cette micro fissure sur la photo suivante:
Renault N72 Cale du tambour de frein - Fissure
Évidemment, cette fuite donnait directement sur les bandes de freins. Résultat: plus rien ne fonctionne correctement de ce côté. Si j'ose comparer avec le principe des tracteurs Ford de ces années là, je dirais que le Renault est vraiment mieux conçu. Le différentiel commande des couronnes de démultiplication qui m'apparraissent vraiment surdimensionnées par rapport à la puissance de ce tracteur. Il faut dire que cette cie ne fabriquait qu'un seul derrière pour toute la lignée de ses modèles mais quand même, c'est vraiment du solide. En plus, comme les tambours de frein sont installés sur l'arbre de différentiel, ils profitent du facteur de démultiplication. Pas étonnant donc que ça devait bien freiner à côté d'un Ford ou d'un Massey-Ferguson.
Une autre interrogation que j'ai vient de l'impossibilité d'atteindre les 2 dernières vitesses lorsque le démultiplicateur est en fonction. On nous prive ainsi des 2 vitesses synchronisées dans la gamme inférieure. Peut-être que ça duppliquait 2 vitesses après tout.
Verrouillage des 5ième et 6 ième vitesses.  Voir juste au dessus du tuyau de retour d'huile
Renault N72 Différentiel balaise en excellent état
Renault N72 - Parties internes de la transmission et du différentiel
Le système de relevage a aussi subit quelques abus:
Voici une vue explosée du système de relevage hydraulique 3R type 324 fabriqué par Renault:
Renault N72 3R type 324 - Vue explosée
Système 3R vue arrière
Relevage 3R vue avant
Relevage 3R vérin de levage
Après maintes recherches, j'en suis venu à la conclusion qu'il est impossible de trouver la référence exacte de la couleur orange utilisée par Renault en 1961. Son code est "Orange Ponts & Chaussées". J'ai donc été contraint de faire rajuster la couleur selon cet échantillon.
Couleur alternative
Il y avait une fuite entre l'embrayage et la transmission. Remplacer ce joint d'étanchéité n'est pas une mince affaire mais ça a permis d'inspecter tout le système d'embrayage:
Embrayage Renault N72
Roulement d'embrayage avec raccord graisseur
Joint d'étanchéïté de la transmission
Ailes arrière en cours de réparation. Elles semblaient en très bon état mais après sablage, je me suis rendu compte que la rouille avait perforé la tôle à plusieurs endroits. La besogne a été assez longue finalement.
Perforation des longerons d'aile par la corrosion
Réparation des ailes
Jante arrière gauche. Attention, elle est métrique alors plutôt difficile à réparer:
Jante arrière complètement perforée
Jante neuve avec dimensions métriques
Maintenant, on s'attaque au jeu dans la direction. De ce côté, tous les paliers sont totalement usés à tel point que les axes sont endommagées.
Essieu avant et direction démontée
Axe principal de l'essieu avant usé
Pour mettre toutes les chances de mon côté, j'ai fait remonter les injecteurs.
Injecteurs neufs
Le voici remonté et avec les parties en fonte passées au jet de sable. Le réservoir de carburant a été débosselé, la corrosion des ailes réparée, la grille avant de fortune désoudée, les freins neufs réinstallés et les marques de soudure corrigées. Il ne reste maintenant qu'un peu de corrosion à éliminer dans le bas du capot et enfin prêt pour l'application de l'apprêt. J'ai même reçu les pneus avant neufs aujourd'hui (16. x 5.5 avec cannelures).
Début du réassemblage
Freins neuf
Nouveaux pneus avants
J'ai mentionné plus haut que le tracteur était difficile à démarrer. Évidemment, avec tout ce que j'ai trouvé dans le circuit de carburant il y avait peut-être de quoi. Je ne pouvais cependant pas me résoudre à arrêter là et je me suis dit qu'il serait opportun d'ajouter un système d'aide au démarrage. J'ai hésiter entre un système d'alimentation en fluide de déamrrage (Éther) ou un préchauffeur de tubulure d'admission (Thermostarter). La possibilité de bris au moteur m'on fait pencher pour la seconde solution alors avant de peindre tout ça, j'ai installé l'appareil en question.
Tubulure avant
Tubulure trouée
Thermostarter installé sur la tubulure
Thermostarter à l'intérieur de la tubulure
Circuit d'alimentation thermostarter
Vous noterez que je n'ai pas mis de petit réservoir pour alimenter le thermostarter. J'ai plutôt opté pour l'alimenter à partir du filtre. La pompe à carburant l'alimentera. Évidemment, ceci signifie que le démarreur doit être lancé pour que ça fonctionne. Il y a des pour et des contres à faire cela mais c'est pareil avec le petit réservoir et comme je n'avais pas vraiment la possibilité d'installé ce dernier plus haut que le thermostarter pour l'alimenter à la gravité, le choix a été facile.
Complètement décapé maintenant.
Capot décapé et réparé
Complètement sur le fer
Vue du réservoir réparé
On arrive à la corde à linge de pièces et à la préparation de la salle à peinture. C'est une des parties que j'aime le moins mais c'est un incontournable quand on n'a pas de salle à peinture dédiée. Le tracteur aussi est suspendu à bonne hauteur pour pouvoir peindre le dessous:
Corde à
Préparation de la salle à peinture
L'apprêt maintenant. Il s'agit d'un apprêt de type bâtisseur. On commence enfin à voir le fruit de l'effort. Cette couche dévoile encore les derniers petits défauts qu'il est toujours temps de corriger. Ça donne un paysage lunaire...
Apprêt appliqué
Renault N72 sur la couche d'apprêt
Tout gris...
Maintenant, il faut peindre les parties qui deviendront inaccesibles après le remontage partiel. Ceci est rendu nécessaire pour éviter de briser la peinture au remontage de ces pièces d'une part mais aussi de faire en sorte que la protection anticorrosion soit à la hauteur.
Derrière les freins et sous les conduites
Fusée de roues avant et intérieur de la poulie du moteur
Intérieur des voiles de roues arrières
Intérieur des jantes avants
Pour la peinture, j'ai opté pour le faire en 2 passes: La fonte puis les tôles. Ceci m'a parmis de maîtriser un peu mieux ma technique de peinture avant d'attaquer les parties plus esthétiques tout en me simplifiant la vie un peu.
Châssis du Renault N72 frais peint orange Ponts & Chaussées
Vers la dernière couche de peinture
La partie la plus difficile dans cette restauration aura été sans contredit les phares avants. Premièrement, la chance m'a souri puisque les Fresnel "Ducelier" n'étaient pas fissurés. Pour le reste, ce fût toute une aventure. Les réflecteurs paraboliques étaient corrodés par l'intérieur et coller au Fresnel. Il m'a fallut les décoller avec une grande patience pour éviter de briser le premier et de casser le second. Étape réussie. Il a fallut ensuite éliminer la corrosion sans les perforer. J'ai atteint ce but avec une "bouillotte" d'électrolyse. L'idéal aurait évidemment de les refaire chromer mais je n'avais plus le temps et compte tenu de leur état, je doute que le résultat aurait été à la hauteur. Enfin, je les ai peints avec une peinture "Simili-Chrome" et le résultat est sommes toutes intéressant.
Phare avant le démontage
Détail du Fresnel Ducelier
État de corrosion du réflecteur parabolique
Réflecteur paraboliques retapés
En travaillant à restaurer ces phares, je me demandais bien pourquoi le connecteur électrique avait comme une place pour un fusible. Ce n'est qu'après une bonne recherche que j'ai découvert qu'il s'agissant en fait d'un support pour l'ampoule du feu de position. La question qui subsistait alors était mais pourquoi l'ont-il placé là? Il était impossible de la voir de l'extérieur du phare. À observer la seule ampoule que j'ai récupérée, je me suis rendu compte qu'elle était trouée en son socle. Eurekâ! Il fallait juste trouver une ampoule identique à celle que j'avai déjà. J'en ai fait venir de partout au monde à grand frais et jusque de l'Australie. Elles faisaient en place mais soit qu'elles n'avaient pas le trou en question ou encore soit que le trou n'était pas à la bonne place (rotation de 180 degrés). En fait, si ce n'était pas du trou, il s'agit simplement d'une ampoule H4 de motoneige Bombardier Élan de 1974 qui est disponible au coin de la rue pour une couple de dollars. Finalement, un envoi de l'angleterre contenait la perle rare. Sur les 3 seules ampoules qui restaient au type, il y en avait une qui avait le trou au bon endroit. Avec les difficultées que j'ai eues à en trouver, il n'est pas impossible que je tente de trouer les autres.
3 Ampoules identiques selon la boîte mais celle de gauche est trouée
Il est bon de savoir que mes recherches m'ont montré que les motocyclettes Triumph des années 60 avaient exactement ce montage. Enfin, la forme de l'ampoule n'est pas tout à fait la même que celle d'origine mais je garderai l'oeil ouvert pour en trouvée une autre.
On donne finalement le grand coup. L'effort de quelques heures qui change tout... et qui augmente la motivation (enfin). Voici le tout frais peint mais sans les "garnitures":
Renault N72 1961 de nouveau rutilant
Peinture finale
Bon, vous l'aurez remarqué la grille avant était manquante. C'est le genre de pièce extrêmement difficile à trouver voir impossible. J'en ai effectivement retrouvé une mais il fallait que j'acquiert un tracteur complet en loque à 600 km de chez moi pour l'obtenir alors... J'ai opté pour la fabrication à partir de zéro. De toute façon, je ne pouvait guère faire plus frêle que celle d'origine.
Dessin de fabrication de la grille avant
Détail de la grille fabriquées et arrondie
Reproduction de la grille d'un Renault N72.  Beaucoup plus solide
J'aimerais attirer votre attention sur ce qu'il y avait comme grille à l'achat du tracteur:
Grille avant
Enfin bon, on regarni.
Les pneus et la tige d'extension de la manivelle de démarrage
La grille avant:
Nouvelle grille avant en position
Courroie de ventilateur et tubulure de retour de carburant
Rebord de réservoir de carburant
Sigle avant de la couleur jaune propre au R7052
Plaque N72 reconditionnée remise en place
Silencieux, klaxon et siège
Horodateur dûment remis à zéro et verre de carburant.
Barre d'attelage
Vous croyez que c'est fini hein! Mais non, on n'a toujours pas touché au tableau de bord et au câblage électrique qui a complètement été refait à neuf.
Planche de bord dénudée
Boutons et cadran remis en place
Planche de bord refilée
Les puristes reconnaîtront l'ajout d'un bouton sur la planche de bord. Il s'agit du bouton pour le nouveau Thermostarter.
Régulateur et bornier
Harnais
Bref, voici le résultat final:
Poste de conduite
Renault N72 1961 restauré
Renaut R7052 1961 restauré
Pour l'entendre tourner:
En tout, il a fallut près de 1000 heures de travail incluant les transports, la recherche, les réparations mécaniques, la préparation pour la peinture, le nettoyage et la finition pour atteindre ce résultat.
Plusieurs me demandent la valeur de cette pièce de collection. À votre avis, comment vaut-il pour moi? Pour le commun des mortels? Pour tout dire, il n'est pas à vendre.
Retour au début du site...

www.hobby3d.com
Tous droits de reproduction réservés - Robin Boulianne- 2013-12-02